fbpx

Apprivoiser la maladie d’Alzheimer

Les initiatives positives
Apprivoiser la maladie d’Alzheimer

Quand on aide un·e proche atteint·e par la maladie d'Alzheimer, il est parfois difficile de comprendre ses réactions et ses comportements. On a trouvé des solutions pour mieux comprendre cette maladie et faciliter le quotidien.

« J’ai du mal à accepter la perte des capacités mentales et physiques de ma mère » confie Pierrette, une Fred de la communauté. Pour apporter des informations et du soutien aux aidant·es de personnes concernées par la maladie, on vous présente 3 solutions gratuites proposées par l’association France Alzheimer.  

 

#1 La formation des aidants

Animée par un psychologue et un bénévole formé par France Alzheimer, la formation rassemble 10 à 15 participant·es par session. L’objectif ? Mieux connaître la maladie pour mieux la gérer. « On aborde tous les symptômes pour bien les comprendre et appréhender leurs répercussions dans le quotidien. On permet ainsi aux aidant·es d’adopter les stratégies les plus adaptées et d’améliorer la communication » explique Judith, psychologue de l’association.

Certaines décisions peuvent être difficiles lorsque l’on se heurte à l’incompréhension de son proche. Par exemple, l’arrêt de la conduite, de l’utilisation de la carte bleue, la mise en place d’une aide à domicile… Les professionnels de la formation sont là pour aider les participant·es à dédramatiser et à prendre de la distance dans ces moments particuliers. « Il y a beaucoup de culpabilité chez les aidant·es car on n’a pas toujours la coopération de son proche sur les mesures à prendre. La formation est là pour faire en sorte que les choses se passent le plus sereinement possible. Mieux on comprend, mieux on accepte la situation et moins ça génère de tensions ».

Jacqueline, qui accompagne son mari atteint de la maladie, a suivi la formation. Elle raconte : « Cela m’a permis de mieux comprendre la maladie et son évolution et de savoir comment bien communiquer avec mon mari ». Pour Béatrice, qui aide également son époux, la formation lui a permis de « découvrir tous les organismes d’aide qui existent pour faciliter le quotidien, comme les accueils de jour par exemple ».

 


Informations (très) pratiques

  • Comment ça se passe ? La formation dure 14h, réparties en 5 à 6 séances.
  • Quand ? Selon les disponibilités de chacun, notamment pour celles et ceux qui travaillent, la formation peut être suivie en fin de journée ou le week-end. Elle peut également être proposée en ligne mais le présentiel est privilégié pour favoriser l’échange entre pairs.
  • Où ? La formation est généralement dispensée à plusieurs endroits dans chaque département pour permettre au plus grand nombre d’y accéder.

 

#2 Les groupes de parole

L’écoute et l’échange sont d’un grand soutien pour relâcher la pression quotidienne. Pour cela, l’association propose aux proches de personnes touchées par la maladie de partager leurs expériences librement avec d’autres personnes dans la même situation.

Ces groupes sont co-animés par un·e psychologue et un·e ancien·ne aidant·e bénévole. Ils permettent d’avoir l’expertise d’un·e spécialiste et l’expérience de l’ancien·ne aidant·e. « Les groupes de parole sont ouverts à tous. Chacun peut y venir et y revenir quand il le souhaite s’il en ressent le besoin. Ils aident à se sentir moins seul, à vider son sac, prendre du recul mais aussi à identifier ses limites et à accepter de passer le relais sans culpabilité quand cela devient nécessaire » souligne Judith.

Jacqueline et Béatrice participent aussi régulièrement aux groupes de parole et aux nombreuses activités proposées par l’association. « Cela permet de créer du lien et de rencontrer des personnes du même département. On échange des idées, des conseils, des adresses et on organise même parfois des sorties pour se retrouver en dehors de l’association » explique Jacqueline.  « C’est bien de rencontrer des gens qui vivent la même chose que soi et de voir que, malgré tout, certains gardent un moral d’acier. Ça aide à garder la pêche et à avancer. C’est important de se rapprocher de l’association pour sortir de l’isolement et partager des choses avec d’autres : c’est une façon de continuer à vivre » nous confie Béatrice. 


Informations (très) pratiques

  • Comment ça se passe ? Les sessions durent environ 2h et rassemblent 6 à 12 participant·es.
  • Quand ? Une fois par mois.
  • Où ? Dans le antennes de l’association partout en France.

 

#3 Les entretiens individuels

Quand les groupes de parole ne suffisent pas à vider son sac ou que l’on n’a pas envie d’aborder certains sujets en public, les entretiens individuels permettent d’échanger en toute intimité avec un psychologue.

Ces rendez-vous plus personnels ont pour but d’apporter un soutien moral et de soulager l’aidant·e. Ils permettent de s’exprimer librement et de trouver des solutions pour mieux accepter la situation. « On n’a pas le pouvoir de guérir cette maladie, mais on peut aider à la vivre le moins tragiquement possible et à améliorer la qualité de vie » relativise Judith.


Informations (très) pratiques

  • Comment ça se passe ? Réalisés par des psychologues, les entretiens individuels sont proposés à raison de 5 heures par personne et par an.
  • Quand ? Une fois par mois.
  • Où ? Dans le antennes de l’association partout en France.

 

Comment s’inscrire à l’un de ces dispositifs ?

Si vous souhaitez suivre la formation, participer à un groupe de parole ou bénéficier d’entretiens individuels, trois options s’offrent à vous :

#1 Pour suivre une formation ou obtenir des informations sur les groupes de paroles ou les entretiens individuels, il suffit de remplir le formulaire en ligne situé en bas de cette page.

#2 Vous pouvez également prendre contact avec votre association locale. Pour trouver la vôtre, il suffit d’indiquer votre code postal ou votre département sur le formulaire juste ici. Les coordonnées de l’antenne la plus proche de chez vous s’afficheront ensuite sur votre écran. Vous pourrez les joindre par e-mail ou par téléphone.

#3 Si vous préférez le téléphone, vous pouvez aussi passer par les lignes nationales de France Alzheimer au 0 800 97 20 97 en journée et au 0 970 81 88 06 de 20h à 22h. Les deux numéros sont joignables 7 jours sur 7.