fbpx

À Montreuil, une « anti-maison de retraite »

À Montreuil, une « anti-maison de retraite »

Elles s'appellent Dominique, Suzanne ou Catherine. Ensemble, elles expérimentent un mode de vie inédit en France : toutes vivent dans La Maison des Babayagas, un habitat collectif autogéré à Montreuil. Militantes du "bien vieillir", elles refusent net l'idée de passer leurs dernières années dans un établissement impersonnel.

Dans leur maison, il y a un jardin partagé avec un potager et des petites tables pour profiter des beaux jours. Les « babayagas » (elles ont piqué leur nom aux sorcières des contes slaves) s’entraident, pratiquent des activités ensemble et font mentir les clichés d’une fin de vie parfois solitaire, en partageant un quotidien joyeux.

Ailleurs en France aussi, l’habitat partagé s’impose comme une solution d’avenir solidaire.

Le principe ? Des parties privées (souvent les chambres et les salles de bain) et des parties communes (par exemple le salon, la cuisine, une terrasse ou un jardin), la volonté de vivre ensemble différemment, la mixité sociale et générationnelle…
Si l’idée vous intéresse, visitez le site de l’association Eco Habitat Groupé pour en savoir plus.