fbpx

Vieillir ou conduire, faut-il choisir ?

Les conseils entre Freds
Vieillir ou conduire, faut-il choisir ?

Aborder le sujet de la conduite avec un·e proche âgé·e n'est pas toujours facile. On vous partage des conseils pour en parler et des solutions pour les trajets du quotidien.

Jusqu’à quel âge est-il prudent de conduire ? La réponse est propre à chacun mais une réalité demeure : avec l’âge, on perd certains réflexes et prendre le volant peut devenir dangereux. Et le faire savoir à ses proches s’avère souvent périlleux.

 

« Mais si je t’assure, je peux conduire »

La scène se passe en région parisienne. Marie-Christine a 89 ans, et se demande si elle devrait changer de voiture. Son gros véhicule n’est plus vraiment en adéquation avec ses convictions écolo et elle n’entend que du bien des voitures électriques, ou même hybrides. Elle demande conseil à son petit-fils… Qui n’ose pas lui répondre qu’en fait, elle devrait plutôt songer à ne pas reprendre de voiture. Voire à arrêter de conduire

Il arrive forcément un âge où on aimerait bien que nos proches renoncent à prendre le volant. Et parfois, ceux-ci ne le voient pas du même œil. Renoncer à conduire, c’est perdre en autonomie et forcément devenir plus dépendant des autres. La sécurité routière et la science sont pourtant d’accord : en vieillissant, on perd en acuité visuelle et auditive, les réflexes baissent. La sécurité routière recommande de suivre des stages de mise à niveau ou de demander conseil à son médecin. Mais comment aborder le sujet en famille ? On a posé la question aux Freds. 

 

Quand les Freds reprennent le volant 

Danièle suggère de laisser son proche prendre le volant tant que les réflexes sont là – mais plutôt accompagné. Sylvie, elle, imagine bien à quel point il doit être difficile d’y renoncer : « l’accepter, c’est reconnaître que l’on vieillit et perdre sa liberté. De mon côté, mon père ne m’a écouté que lorsque je lui ai dit que mes enfants avaient peur de sa conduite ». Son idée ? Un bilan médical régulier pour vérifier les aptitudes de chacun, qu’on soit âgé… Ou pas ! 

Il peut d’ailleurs être utile de faire intervenir le médecin traitant lorsque la discussion est difficile. Celui-ci fait figure d’autorité, et la charge de la responsabilité ne revient pas automatiquement à l’aidant·e. Dans le cas de Geneviève, c’est justement le médecin familial qui a fait prendre conscience à son père du danger de la situation. Aujourd’hui, c’est sa fille qui le conduit quand c’est nécessaire. Idem du côté d’Isabelle : c’est elle qui a suggéré à son père de faire certains tests médicaux. Le verdict tombe et son papa renonce à reprendre le volant. La voilà désormais taxi et coursier, avec une nouvelle charge mentale à assumer. D’un côté, elle a l’esprit plus tranquille… De l’autre, son emploi du temps est plus rempli.

 

Les solutions de mobilité alternatives 

Aux Freds qui ne peuvent pas s’improviser chauffeur, on recommande différentes options : 

Pour les petits trajets

#1 Sortir Plus, un service (gratuit !) de mise en relation pour accompagner les plus de 75 ans dans leurs déplacements.
Prix : Gratuit.

#2 La commune : Localement, certains CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) ou certaines mairies proposent également des courses en taxi à prix réduit.
Prix : Chaque commune a sa propre politique.  

#3 Paris en Compagnie propose le même service dans la capitale, pour une balade au parc comme pour un rendez-vous médical, dès 65 ans.
Prix : Gratuit.

Pour les trajets plus longs 

#3 Le covoiturage est une option intergénérationnelle parfaite pour les trajets plus longs.
Prix : Ajusté en fonction du chauffeur et du trajet.

#4 Accès Plus permet de prendre le train sans se prendre le chou, avec une prestation spéciale et gratuite mise en place par la SNCF.
Prix : Ajusté en fonction du chauffeur et du trajet.


Envie de participer à la discussion ? Le groupe Bonjour Fred vous attend par ici.