fbpx

Les aîné·e·s ont le béguin

Les initiatives positives
Les aînés ont le béguin

Les béguinages ? Tendances au Moyen-âge, on pourrait penser que ces lieux religieux n'ont plus la cote. Et pourtant, ces maisons communautaires se réinventent pour abriter non plus des bonnes sœurs, mais des aîné·e·s.

Grand foyer, petit budget


Les béguinages changent de peau. Désormais, ces petites maisons affichent une vocation plus sociale que spirituelle. Ces ensembles pavillonnaires à taille humaine sont accessibles aux personnes âgées à la bourse légère : on compte entre 450 euros et 750 pour le loyer, avec possibilité d’APL en prime.

On y trouve 10 à 20 habitats de plein pied, toujours mieux pour celles et ceux qui sont fâché·e·s avec les escaliers. Les aîné·e·s peuvent facilement y recevoir des soins à domicile. Les commerces ne sont pas très loin pour faire ses emplettes. Dans les espaces communs, on y fait la popote, on jardine, on profite du grand air.

.

Une vraie vie de quartier


Si les béguinages sont beaucoup moins religieux que par le passé, ils n’ont pourtant rien perdu de leur philosophie d’antan. L’entraide, la solidarité, la convivialité et la bienveillance restent au cœur de ces habitats.

Anne, 49 ans, atteinte d’une maladie raconte : “Ce qui m’a plu ici, c’est le fait de veiller les uns sur les autres. Cette bienveillance, je l’ai ressentie tout de suite.” Partout en France, de nombreux béguinages émergent comme par exemple à Tours, Quimper ou encore Hénin-Beaumont.

 

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter l’association Vivre en béguinage.

Si le sujet vous intéresse, vous pouvez également retrouver différentes solutions d’hébergement sur cet article.